Patrick: “J’ai pris un fauteuil Ergo 09L pour faciliter mes voyages!”

Heureux marseillais, passionné de musique, de voyages et bientôt jeune retraité, Patrick vient de faire l’acquisition du fauteuil roulant électrique Ergo 09L. De retour d’un séjour en famille à Rome où il arpenté tous les quartiers incontournables de la ville, il a accepté de nous livrer son témoignage sur son expérience avec ce modèle.

Comment avez-vous découvert ErgoConcept ?

J’ai demandé conseil à mon revendeur de matériel médical à Marseille. Au début, je voulais un fauteuil léger et motorisé comme le Ergo 07L, mais sur ses conseils, j’ai opté pour le modèle Ergo 09L. Avec du recul, j’avoue que je ne regrette pas car je reviens de Rome où l’on s’est baladé sur des pavés, du matin au soir, et je m’en suis sorti tout seul ! Ce fauteuil est assez puissant, confortable et facile d’utilisation. Nous adorons voyager mais c’est la première fois que je pouvais me déplacer en toute autonomie, avec mon épouse qui marchait à côté de moi. Je me suis vraiment régalé. Un jour de pluie, je me même surpris à accélérer le rythme au point que ma femme a dû se faire entendre pour que je l’attende (rire). 

Aviez-vous déjà un fauteuil auparavant ?

Oui, depuis quelques années j’ai un fauteuil manuel que j’utilise encore lorsque je pars à la pêche avec mon beau-fils par exemple, à cause des rochers, c’est assez glissant. Je le prenais aussi pour voyager, avant d’avoir le Ergo 09L. Nous avons visité la Thaïlande, les États-Unis, la Croatie, et nous avons encore beaucoup de projets. Nous avons parcouru plus de 5000 kilomètres en 15 jours aux USA, et la plupart du temps, c’est mon beau-fils qui me poussait. Bien qu’il soit grand, costaud et toujours volontaire, c’est assez fatiguant, et je me suis dit qu’il me fallait un modèle motorisé pour mes futurs déplacements.

Depuis quand avez-vous besoin d’une aide à la mobilité ?

J’ai toujours été actif et assez sportif, j’adorais nager par exemple, mais il y a 20 ans, j’ai commencé à avoir des douleurs et des crampes, je suis même tombé plusieurs fois. Ce sont les conséquences d’une maladie orpheline, voisine de la sclérose, que j’avais contractée vers l’âge de 12 ans.  J’ai donc été dans l’obligation de “passer le cap” et d’acheter une canne pour m’aider à marcher. À cette époque, j’avais honte et j’avais l’impression de ralentir tout le monde, de créer des files d’attente derrière moi. Le regard des autres m’était difficile à supporter. Et puis un jour ma fille m’a secoué et intimé l’ordre de prendre un fauteuil (rire). Cela a été le déclic pour me prendre en main. 

Utilisez-vous ce fauteuil au quotidien ?

Au quotidien, je sors assez peu, et surtout, j’essaye de continuer à marcher le plus possible pour renforcer mes muscles. Les médecins m’encouragent d’ailleurs dans ce sens. 

Je consacre mon temps libre à cuisiner, je prends aussi des cours de guitare depuis 3 ans, et je me concentre sur l’organisation de nos vacances car mon épouse travaille toujours à temps plein. C’est avant tout pour faciliter nos voyages que j’ai pris le fauteuil Ergo 09L.

J’ajoute qu’en France, nous avons encore beaucoup de progrès à faire pour faciliter le déplacement des personnes à mobilité réduite. Quand je compare aux États-Unis,  où il suffit de faire un signe pour qu’un bus s’arrête, voire recule pour se mettre à votre niveau. Tandis que le chauffeur descend naturellement pour mettre en place une passerelle en faisant attendre tout le monde… Je réalise la différence. 

Quels sont vos projets ?

Très prochainement nous allons partir à deux semaines à Séville avec notre petite-fille. Ma femme et moi sommes des “fous furieux” de Flamenco et de jazz manouche, on espère bien en profiter là-bas. Dans un autre style, nous projetons aussi de faire une croisière dans les Fjords en Norvège. Maintenant que je dispose de la batterie avion pour le Ergo 09L, je l’emmène partout, c’est vraiment pratique. A l’aéroport, on bénéficie d’un accès prioritaire, un fauteuil d’échange m’est prêté dès que le Ergo 09L pars en soute, il n’y a aucun problème.