Aidants : qui les aide et comment ?

Selon l’enquête Handicap-Santé 2008, on recense environ 8,3 millions d’aidants informels et plus de 11 millions d’aidants familiaux en France. Autrement dit, 1 français sur 6 accompagne quotidiennement un proche en situation de handicap ou de perte d’autonomie. 

Bien qu’aussi nombreux, la plupart d’entre eux ignorent qu’ils font partie des aidants, un statut méconnu et surtout, trop peu valorisé encore aujourd’hui. Pourtant, les aidants ont eux aussi besoin d’aide. Nous avons dressé un état des lieux des différentes options dont ils peuvent bénéficier ci-dessous.

 
 
 

Les aidants sont-ils les grands oubliés du handicap ?

Si la plupart des aidants ont moins de 65 ans, cela signifie qu’ils doivent allier activité professionnelle et vie personnelle tout en s’occupant d’un enfant handicapé, d’un adulte handicapé ou d’une personne en perte d’autonomie. S’il existe des aides financières, peu d’aidants savent qu’il est possible d’obtenir des allocations personnalisées.

Si ces compensations existent, elles sont généralement méconnues des personnes venant en aide et ne sont pas à la hauteur de l’investissement personnel et financier que fait l’aidant pour son proche en situation de handicap. Le statut d’aidant est donc en partie reconnu par l’institution. Mais l’impact que ce rôle a sur sa vie est bien plus grand. C’est pour cette raison que les aidants se considèrent comme les grands oubliés du handicap.

Y a-t-il des aides mises en place pour eux ?

Il existe des aides concrètes mises en place pour les aidants. Il faut se renseigner auprès de son conseil départemental pour les obtenir :

Des aides financières

L’AJPA, l’allocation journalière du proche aidant, est une allocation financière qui est versée à un parent, conjoint ou concubin qui est dans la nécessité de cesser ou de réduire ses activités professionnelles pour s’occuper d’un proche en perte d’autonomie ou en situation de handicap.

Il s’agit du congé du proche aidant. Elle ne peut pas dépasser 1 année sur une carrière, même si elle peut être renouvelée.

Des aides fiscales

  • Il existe des avantages fiscaux comme l’ouverture d’un droit au chômage, l’affiliation gratuite à l’assurance vieillesse.
  • Il existe également des déductions fiscales. Il s’agit de déclarer les obligations alimentaires versées au proche handicapé afin de les déduire de vos revenus. Dans ce cas, il peut y avoir une réduction d’impôts.

Des prestations de compensation

  • Il existe des prestations de compensation : on peut demander une aide financière pour obtenir une aide à domicile sous certaines conditions. Cela dépend notamment de l’âge et des revenus du concerné.
  • Il existe également une aide pour le portage des repas si le proche handicapé est âgé de plus de 65 ans et de plus de 60 ans en cas d’inaptitude au travail.

Il existe donc des aides pour soulager les proches aidants, bien qu’elles puissent sembler insuffisantes vis-à-vis de la charge physique et mentale vécues, sachant qu’ils doivent assurer une présence constante auprès de leur proche.

 

En quoi consiste la journée des aidants ?

Comme son nom l’indique, la Journée nationale des aidants est un jour consacré aux personnes aidant leurs proches et célébré chaque année en France. Elle permet de mettre en lumière le statut d’aidant et de revendiquer les enjeux de ce rôle indispensable. Elle a lieu le 6 octobre.

 

Quelles difficultés peuvent rencontrer les aidants ?

Les difficultés que peuvent rencontrer les aidants au quotidien sont multiples. Parmi elles, on peut noter :

  • Un sentiment de solitude : les aidants sont souvent seuls et manquent de solutions, notamment lorsqu’ils sont dans la nécessité de s’absenter.
  • Des difficultés physiques.
  • Des difficultés psychologiques, sociales et morales qui impactent la santé.
  • Des difficultés en matière de communication avec la personne en situation de handicap, notamment en cas de décision lourde.

 

Choisir son dispositif médical avec son aidant

Puisque les aidants s’occupent quotidiennement de leurs proches en situation de handicap, il est indispensable qu’ils puissent aider à choisir les dispositifs médicaux. En effet, les fauteuils doivent être pratiques aussi bien pour la personne handicapée que pour l’aidant.

Des fauteuils compacts, légers et pliants, facile à manipuler

Les fauteuils ErgoConcept sont conçus pour être pratiques (légers, compacts, pliables) et faciles d’utilisation, tant pour l’utilisateur que ses aidants. De plus une large gamme d’accessoires à ajouter selon vos besoins, vous permet de manipuler, plier, ranger les fauteuils ErgoConcept aisément. Pour faciliter le transport et la manipulation du fauteuil et de la personne handicapée, vous pouvez par exemple profiter du système Ergolift pour porter sans effort le fauteuil vers le coffre de la voiture.

Vous pouvez aussi opter pour des sacs de portage et des draps de chargement pour transporter facilement le fauteuil en toutes circonstances et en toute discrétion. Une autre option que vous pouvez prendre est la commande tierce-personne. Ce second joystick placé sur le dossier permet à l’aidant de piloter le fauteuil électrique si besoin.

Enfin, sur certains de nos modèles, le système Clip n’Go permet de dissocier les deux blocs moteurs du fauteuil très rapidement, en moins d’une minute. Ce système permet d’alléger considérablement le fauteuil qui perd 11 kg, idéal en cas de transport.

N’hésitez pas à contacter notre réseau de revendeurs pour découvrir nos fauteuils roulants et scooters électriques.